Deuxième descente aux flambeaux

Publié le par crabie


Encore plus fort !

Après la mobilisation exceptionnelle de jeudi, les parents d’élèves n’entendent pas que le soufflé de leurs revendications retombe. Demain, à 19 heures, cinq cortèges lumineux partiront du métro de Jolimont, du métro Saint-Michel, de la Patte-d’Oie, de l’école Jean-Chaubet et de l’église des Minimes pour converger vers la place du Capitole à 20 heures.

Cette descente aux flambeaux, initiée par les parents d’élèves qui avaient organisé la précédente, depuis Jolimont, le 18 décembre, devrait une nouvelle fois rassembler du monde. Déjà plus de 80 écoles ont annoncé leur participation.

Vêtus de gilets jaunes, équipés de lampions, flambeaux, lampes, loupiotes et de tout ce qui peut faire du bruit, les parents souhaitent « mettre en lumière nos désaccords avec les réformes Darcos », explique Sylvie Castro-Micoud, parent d’élève de l’école Jean-Chaubet. Le ministre de l’Éducation nationale mérite, selon les parents d’élèves, d’être éclairé sur les conséquences jugées nocives de sa réforme. Sinon allumé. Car l’inquiétude est palpable dans les manifestations qui s’amplifient au fil des mois déjà « pour sauver l’école publique, pour sauver les Réseaux d’aide spécialisés aux enfants en difficulté (Rased), pour sauver la maternelle, pour sauver la formation des enseignants ».

LE « CORTÈGE FUNÈBRE » DE L’IUFM C’est d’ailleurs au sujet de leur formation que les futurs enseignants s’inquiètent. A sa manière,l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de Toulouse se joint aux parents d’élèves.Demain, parce que « le ministre de l’Éducation nationale remet en cause le principe de la formation professionnelle des maîtres en s’attaquant au système éducatif en général », un « cortège funèbre » partira de l’IUFM à 17 heures, et se rendra au Capitole à 19 heures où l’Éducation nationale sera bradée sous forme de happening théâtral.Puis, à partir de 22 heures, les étudiants, les enseignants et les formateurs occuperont l’IUFM toute la nuit. Une nuit pour renouveler leurs exigences de maintien d’une année de formation rémunérée post-concours avec stages en responsabilité ; d’un nombre de postes au concours 2009 équivalent à celui de 2007 ; du statut de fonctionnaire d’État ; d’une formation continue tout au long de la carrière ; des postes de Rased et des classes de petite et de toute petite section de maternelle.

 

La Dépêche du Midi le 2 février 2009

 

voir reportage de TLT :


http://www.lepost.fr/article/2009/02/05/1412897_toulouse-education-une-descente-aux-flambeaux-reussie.html

Publié dans sauvons les rased

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article